Chant du bienheureux 8

Voici le huitième chapitre du chant, qui est la Bhagavad-gîtâ réécrite selon La Voie. On y parle de dévotion ou Bhakti et des rituels sans La Connaissances, des savoirs enseignés par les livres et de celui venu de L’Unité en s’y abandonnant de confiance.

 

 

Si ce texte vous a intéressé,

n’oubliez-pas de partager sur les réseaux

afin que d’autres en profitent à leur tour.

Les boutons de partage sont tout en bas !

 

 

Les mots en bleu sont des liens menant à des textes explicatifs.

Pour les ouvrir faites un clic droit dessus et choisissez :

 »ouvrir le lien dans un nouvel onglet »

 

…chapitre 7

 

 

Le chant du bienheureux

 

 

chapitre 8

 

Le plus secret des savoirs

 

8.1

Je vais te révéler la sagesse la plus secrète, par quoi tu sera affranchi des souffrances de l’existence matérielle. Cette Connaissance est reine parmi les connaissances, elle est le secret d’entre les secrets, la Connaissance la plus pure, et parce qu’elle nous fait directement réaliser notre identité véritable, elle représente la perfection de la vie spirituelle. Elle est impérissable et d’application joyeuse.

 

8.2

Les hommes qui, sur des voies de bhakti, sont privés de cette Connaissance ne peuvent se libérer, ils reviennent naître et mourir en ce monde.

 

8.3

Cet univers est tout entier pénétré du Saint-Nom. Tous les êtres sont entièrement en Lui mais lui n’est pas entièrement en eux . Vois sa puissance ; il soutient tous les êtres, il est partout présent, source même de toute la création.

 

8.4

De même que dans l’air souffle le vent, en l’Un se tiennent tous les êtres.

 

8.5

A la fin d’un âge toutes créations matérielles reviennent au Royaume et au début de l’âge suivant, par la puissance du Saint-Nom, il en est crée de nouvelles. L’univers matériel tout entier est sous son ordre, par sa volonté il est à chaque fois de nouveau manifesté et c’est toujours par elle qu’à la fin il est anéanti.

 

8.6

La nature matérielle agit sous la direction du Saint-Nom, il engendre tous les êtres, mobiles et immobiles. Par l’ordre de L’Un elle est créée puis anéantie, dans un cycle sans fin.

 

8.7

Les ignorants dénigrent La Voie quand elle enseigne au monde. Ils ne savent rien de leur nature spirituelle et absolue, ainsi égarés, ils chérissent des concepts issus des ténèbres de l’ignorance. Vains sont leurs espoirs de Libération, vains leurs actes intéressés, vaine leur aspiration au savoir.

 

8.8

Mais ceux qui ont la Connaissance* se trouvent sous la protection de la Grâce, absorbés dans le Service dans l’Unité.

* La Connaissance non-apprise ou Shruti.

 

8.9

Chantant la gloire du Seigneur, en pranam, déterminés dans leurs pratiques, ces belles âmes n’ont qu’amour et dévotion. Cultivant la Connaissance ils adorent l’Unité par elle même, comme contenue dans la diversité des êtres et des choses.

 

8.10

L’Un est le rite la dédication, les offrandes aux ancêtres, l’herbe médicinale et la méditation sur le son primordial qui se répète*, il est le beurre** et le feu et l’offrande.

* Le son primordial qui se répète est le Saint-Nom.

** Le Ghee servant à produire la flamme des rituels.

 

8.11

De cet univers, L’Un est le père, la mère, le soutien et l’aïeul, l’objet de la Connaissance, le purificateur et le son primordial qui se répète.. Je suis également les hymnes, la danse et la dédication à l’autel. Il est le but, le soutien, le maître, le témoin, la demeure, le refuge et l’ami le plus cher, la création et l’annihilation, la base de toutes choses, le lieu de repos et l’éternelle semence.

 

8.12

L’Un contrôle la chaleur, la pluie et la sécheresse, il est l’immortalité, de même que la mort personnifiée, l’être et non-être, tous deux sont en Lui.

 

8.13

C’est indirectement qu’il adorent le Tout, les hommes qui étudient les Védas et boivent le soma, cherchant ainsi à gagner les planètes de délices.

 

8.14

Quand ils ont joui de ces plaisirs célestes, quand leurs mérites se sont épuisés, ils reviennent sur cette Terre mortelle. Un bonheur fragile, tel est donc, après avoir suivi les principes des Védas, le seul fruit qu’ils récoltent.

 

8.15

Mais ceux qui adorent avec dévotion l’Un, méditant sur sa forme absolue, voient leurs manques se combler, leurs besoins satisfaits.

 

8.16

Toute nourriture, qu’avec foi l’homme offre aux idoles, est en fait destinée à l’Un mais l’homme ne le sait pas, car l’Un est l’unique bénéficiaire et l’unique objet du don et du détachement. Or, ceux qui ignorent sa nature véritable, absolue, restent dans les ténèbres de l’ignorance.

 

8.17

Qui voue un culte aux dévas renaîtra parmi les dévas avec ceux qui vivent dans leur culte, de même, c’est avec l’Un que vivront ses dévots.

 

8.18

Que l’on offre, avec amour et dévotion, une feuille, une fleur, un fruit, de l’eau, et cette offrande sera acceptée.

 

8.19

Quoi que tu fasses, que tu manges, que tu sacrifies et prodigues, quelque austérité que tu pratiques, que ce soit pour l’offrir au Tout dans le Service dans l’Unité. Ainsi, tu t’affranchiras des suites de tes actes, tous, vertueux comme coupables. Par ce détachement tu seras libéré et viendras à L’Unité.

 

8.20

Le Seigneur n’envie, ne favorise personne, envers tous il est impartial. Mais quiconque le sert avec dévotion vit en Lui, comme Lui est son ami.

 

8.21

Quiconque est sur la bonne voie, avec dévotion, voit ses fautes, même les pires, pardonnées et trouve la paix éternelle.

 

8.22

Quiconque se réfugie dans le Saint-Nom peut atteindre le but suprême quel que soit sa naissance et son statut social. Que dire alors des justes, des dévots et des saints rois qui, en ce monde éphémère, en ce monde de souffrances, servent le Seigneur avec amour et dévotion.

 

8.23

Emplis toujours de l’Un ton esprit, deviens son dévot, offre-lui ton hommage et ton adoration. Parfaitement absorbé en lui, tu y resteras.

 

 

 

Sur certaines tablettes et smartphones, le blog est moins confortable,

si vous le pouvez, visitez-le depuis un ordinateur.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *