Un peu de Jurassique et de Crétacé, enfin !

 

 

 

Depuis pas mal de semaines, si pas de mois, je n’avais plus eu la possibilité de faire grand-chose d’autre que du Cénozoïque.

 

Et même si j’adore, un peu « changer de crêmerie » ça doit se faire de temps en temps.

 

Le week-end s’étant libéré, j’ai sauté sur l’occasion, accompagné de mes potes Renaud, Justin et Nathalie.

 

 

Samedi 9 février 2018

 

Renaud arrive tôt, le camion est déjà chargé, on peut partir rapidement sans même prendre le temps de faire des courses (vu que tout est encore fermé!) pour Rebecq, afin d’y rejoindre nos deux amis.

 

Changer de véhicule, y placer nos affaires, et on met le cap sur le Boulonnais.

 

La marée basse étant relativement tard, on a le temps de passer à Wissant prendre les clés du gîte et d’y déposer nos bagages non indispensables aux fouilles.

 

On est vite repartis pour Wimereux, où la plage sud va être notre premier terrain de jeu dans le Portlandien-Tithonien.

 

Je commence par quelques pannes à galets, d’où presque rien ne sort : un peu de bivalve Deltoideum expansa et de tubes de vers Glomerula gordialis.

 

Puis je décide d’aller à marche forcée sur le sable jusque quasiment la Pointe de la Crèche.

 

Là, c’est un peu mieux, je ramasse de plus grandes huitres et deux gros gastéropodes : un grand Pleurotomaria rozeti et un Harpagodes oceani, espèce esthétique que j’apprécie beaucoup.

 

Je finis même par mettre la main sur un petit oursin Hemicidaris purbeckensis, un peu usé, et quelques bois fossiles.

 

Le temps, très beau et frais le matin, est devenue une pluie modérée, mais tenace, encore renforcée par le vent qui souffle assez fort.

 

La marée montant pas mal, et vu que je n’ai aucune envie de faire des kilomètres au milieu des rochers et des galets, je repars sur le sable mais à mon aise.

 

Je rejoins Renaud et Justin qui ont longé la falaise avec grand profit, surtout pour Renaud qui a sorti deux Hemicidaris purbeckensis, dont un vraiment magnifique !

 

Puis je retrouve Nathalie qui a commencé à rebrousser chemin vers le véhicule.

 

La marée n’est pas encore très haute, mais la pluie, le vent, le froid et la nuit qui va bientôt tomber ont raison de nos forces : on rentre sur le gîte wissantais.

 

Là, mettre un maximum à sécher, et on commence à préparer le souper, pendant que Renaud nettoie son superbe oursin à la brosse à dents.

 

On fait bonne chère (on a même un dessert!) puis on profite un peu de la soirée, qui en papotant, qui en faisant des parties d’échecs.

 

Personnellement, je suis éreinté, et je monte très vite me coucher ! Je dormirai plus de 10 heures sans interruption… C’est que cela devenait nécessaire…

 

A suivre…

 

Phil « Fossil »

 

 

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *