La police égyptienne découvre une cellule de trafiquants d’organes humains

Caire

© AFP 2018 Gianluigi Guercia

Les forces de l’ordre égyptiennes ont mis un terme aux activités d’un groupe de trafiquants d’organes, selon les médias locaux. Les réfugiés et les personnes défavorisées étaient les principales victimes des malfaiteurs qui les obligeaient non seulement à vendre leurs organes mais aussi à trouver de nouvelles victimes.

La police égyptienne a arrêté au Caire un groupe de médecins et d’intermédiaires qui s’occupaient du commerce d’organes, a fait savoir lundi le média égyptien Youm7.

Ce groupe était composé de sept personnes. Selon les policiers, les malfaiteurs incitaient des défavorisés, des réfugiés et des personnes dans le besoin à vendre leurs organes, en les obligeant à signer des documents stipulant qu’ils renonçaient à la transplantation ou à s’adresser à la police.

En février dernier les forces de l’ordre égyptiennes avaient annoncé l’arrestation d’un autre groupe de trafiquants d’organes.

D’après les médias locaux, les malfaiteurs convainquaient des gens qui avaient besoin d’argent de vendre l’un de leurs reins pour 25.000 livres égyptiennes (environ 1.400 dollars). Puis les victimes arrivaient au Caire où ils habitaient pendant quelques jours dans un appartement loué et passaient des tests médicaux. Les opérations étaient effectuées dans un centre médical privé.

Les victimes ont raconté qu’ils avaient obtenu une partie d’argent (5.000 livres, environ 300 dollars) avant l’opération. Le reste était payé dès qu’ils avaient trouvé un nouveau donneur. Les patients étaient ainsi obligés de chercher de nouvelles victimes afin d’obtenir l’argent promis.

Il y a sept ans, l’Égypte a criminalisé le commerce d’organes humains après que l’Organisation mondiale de la Santé a classé le pays dans la liste des 5 pires nations au monde dans ce domaine.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.