Parker Solar Probe : envoyez votre nom vers le Soleil

La sonde Parker Solar Probe décollera à l’été 2018 pour un voyage de sept années en direction du Soleil. Arrivée à proximité de notre étoile, elle l’étudiera et tentera de répondre à deux questions qui tarabustent les spécialistes de l’héliophysique : pourquoi la couronne solaire est-elle des centaines de fois plus chaude que la surface de l’étoile ? Comment les vents solaires, qui soufflent sur tout notre système planétaire, sont-ils accélérés à des vitesses supersoniques?

Flirter avec la couronne

A la surface du Soleil – la photosphère – la température moyenne est de 5.500°C. Juste au-dessus, dans la chromosphère qui correspond à la couche interne de son atmosphère, il fait entre 3.700°C et 7.800°C. Encore au-dessus, dans la couronne qui compose la couche externe de l’atmosphère, la température grimpe jusqu’à 2 millions de degrés ! Pourquoi fait-il plus chaud à mesure que l’on s’éloigne de la surface? Ce « chauffage » de la couronne demeure un des mystères de la physique solaire. Pour tenter de décrypter ce mécanisme de chauffage, Parker Solar Probe va plonger dans la couronne solaire. A 25 reprises la sonde se trouvera à moins de 24,5 millions de km de la surface de l’étoile (soit 35 fois le rayon du Soleil) et la NASA prévoit même trois passages à seulement 6,5 millions de km du Soleil.

Représentation artistique de la sonde Parker Solar Probe devant le Soleil. Crédit : Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory.

Aucun engin humain ne s’est ainsi approché du Soleil et pour cette incursion dans ces territoires inexplorés, la NASA vous invite à bord de Parker Solar Probe. Jusqu’au 27 avril 2018, les internautes peuvent en effet s’inscrire sur le site de la mission et enregistrer leur nom. Leur patronyme sera inscrit dans une carte mémoire qui sera installée à bord de la sonde avant son lancement. La NASA avait déjà mis en place une initiative de ce genre pour la mission InSight vers Mars. L’opération a été un succès : l’agence américaine a dû utiliser une deuxième puce pour répondre aux souscriptions.

La sonde Parler Solar Probe ne s’est pas toujours appelée ainsi

Au départ cette mission s’intitulait Solar Probe Plus mais en 2017, la NASA a décidé de changer son appellation en Parker Solar Probe, en référence à Eugène Parker, l’astronome pionnier de l’héliophysique. En 1958, Eugène Parker était un jeune professeur à l’institut Enrico Fermi quand il a publié dans l’Astrophysical Journal l’article Dynamics of the interplanetary gas and magnetic fields.

Il y émet l’hypothèse qu’un flux constant de matière et de gaz s’échappe du Soleil et baigne les planètes et tout le système solaire. Ce texte introduit pour la première fois le concept de vent solaire. Par la suite le scientifique a continué à étudier les étoiles (et bien sûr le Soleil) et tout particulièrement la façon dont elles interagissent et façonnent leur système. Thème qui est le point central du programme Living with a star de la NASA, cadre de cette nouvelle mission. Aujourd’hui âgé de 90 ans, Parker est professeur émérite à l’université de Chicago et suit toujours avec attention l’activité solaire. C’est la première fois que la NASA nomme une mission en hommage à un individu encore vivant.

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.