Des vrais jumeaux ne le sont plus après un an de voyage dans l’espace

vrais jumeaux

Scott Kelly est revenu sur Terre après 340 jours dans l’espace, à son retour il avait grandi de 5 centimètres et avait un code génétique différent de celui de son frère.

Scott et Mark Kelly sont des vrais jumeaux (identiques), ou du moins ils l’étaient. De retour sur Terre après 340 jours à bord de la Station spatiale internationale, Scott Kelly a découvert des changements intéressants.

Scott avait grandi de 5 centimètress, il avait une masse corporelle réduite et les bactéries dans son intestin avaient complètement changé. Selon les dernières découvertes des chercheurs de la NASA, son ADN a considérablement changé.

Selon une déclaration de la NASA, le stress causé par le fait d’être dans l’espace pourrait avoir activé des centaines de “gènes spatiaux” qui peuvent altérer le système immunitaire d’un astronaute, ainsi que d’autres fonctions corporelles. Alors que la majorité des changements de Kelly sont revenus à la normale, environ 7% sont restés modifiés.

Les changements sont “pensés provenir du stress des voyages dans l’espace, ce qui peut causer des changements dans les voies biologiques d’une cellule”, a déclaré la NASA. “De telles actions peuvent déclencher l’assemblage de nouvelles molécules, comme une graisse ou une protéine, la dégradation cellulaire, et peuvent activer et désactiver les gènes qui modifient la fonction cellulaire.”

vrais jumeaux

Les jumeaux font partie d’une étude appelée Twins Study, qui vise à partager certains des effets secondaires à long terme des voyages spatiaux sur le corps humain. En mars 2015, Scott est entré dans l’ISS pour ce qui allait être le voyage spatial le plus long jamais effectué : 340 jours.

Mark, le jumeau identique de Scott (également un astronaute), est resté sur Terre comme homologue de l’étude. Les frères sont les seuls jumeaux astronautes identiques de l’histoire, dit la NASA. Cela donne une perspective très intéressante de travailler avec étant donné que les jumeaux identiques naissent avec un ADN correspondant.

Les chercheurs ont cartographié les changements physiques et mentaux avant, pendant et après l’année que Scott a passée dans l’espace. La plupart des changements physiques de Scott se sont avérés temporaires, y compris les 5 centimètres de hauteur gagnés. Cependant, les gènes impliqués dans la formation osseuse, les réponses du système immunitaire, la privation d’oxygène et la réparation de l’ADN ne sont toujours pas revenus. Selon la NASA, il pourrait s’agir d’une réaction complexe due à un étrange type de contrainte spatiale.

Christopher Mason, un chercheur de l’étude Twins Study et professeur associé au Weill Cornell Medical College, a déclaré à Business Insider : “Souvent, lorsque le corps rencontre quelque chose d’étranger, une réponse immunitaire est activée”, il a ajouté : “Le corps pense qu’il y a une raison de se défendre. Nous savons qu’il y a des aspects de la présence dans l’espace qui ne sont pas une expérience agréable, et c’est la manifestation moléculaire du corps qui réagit à ce stress.”

Une partie de la motivation derrière ces études est de comprendre les “gènes spatiaux” et comment ils réagissent à des missions spatiales plus longues. Cela jouera un rôle crucial dans la planification de missions habitées plus longues, telles que la mission de trois ans sur Mars.

Crédit d’image NASA

Source : TruthTheory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.