HOMMAGE à STEPHEN HAWKING


Bonjour

Un grand homme de Science nous a quitté

 « Il semblait un peu absurde de faire mon travail de recherche parce que je ne comptais pas vivre assez longtemps pour finir mon doctorat. Cependant, à mesure que le temps passait, la maladie semblait ralentir. J’ai commencé à comprendre la relativité générale et à faire des progrès dans mon travail.
Stephen Hawking dans son autobiographie

« Son courage et sa ténacité, son génie et son humour, ont inspiré des gens à travers le monde », écrivent les enfants de Stephen Hawking.

 L’astrophysicien britannique est mort, mercredi 14 mars, à l’âge de 76 ans.

 Son génie et son handicap physique caractéristique avaient fait de lui une personnalité mondialement connue, au-delà de la seule sphère scientifique.
 Spécialiste de la physique des trous noirs, de la cosmologie quantique et insatiable vulgarisateur, Stephen Hawking a consacré sa vie à décrypter les secrets de l’univers. Franceinfo vous raconte cinq choses que vous ne connaissez peut-être pas sur l’astrophysicien.

Voir la suite sur France Inf : :  https://www.francetvinfo.fr/sciences/cinq-choses-a-savoir-sur-l-astrophysicien-britannique-stephen-hawking_2655958.html

Je mets ici une chanson de Noël Leroy qui s’est inspiré de Stephen Hawkings : 

Quand on aura marché les yeux au ciel 
Pour un jour buter sur le réel 
Oubliant la terre sous nos pieds 
Pour un nuage qui passait 
Quand on aura peur des orages 
De ces brûlants sarcophages 
Craignant l’ombre quand vient le soir 
Vivant d’illusoire 
Qui sait 
Mais qui peut savoir 
Combien d’étés d’enfer 
Nous restent à vivre avant l’exode 
On a pillé, vidé les mers 
Et trafiqué les codes 
On a ignoré l’alarme 
Les signes annoncés 
On a perdu notre âme 
Il ne reste plus qu’à tout abandonner 
Que restera-t-il ? 
Une vie de pierre 
Après tant de vies 
Heureuses sur la terre 
Autant de vies brisées 
Et il faut s’en aller 
Des vents mortels 
Brûlant nos hémisphères 

Il est grand temps pour nous de 
Changer d’air 
D’émigrer vers Jupiter 
Partir comme les hirondelles 
Ils étaient tous devenus fous 
Voilà ce que l’on dira de nous 
Ils écriront sur nos stèles 
« Votre demeure était belle » 
Et on a roulé 
Au bas de la pente 
Rien a freiné 
Notre descente 
On va périr 
Comme les éphémères 
On doit choisir 
Le ciel ou la terre 
Que restera-t-il ? 
L’échelle se balance 
Il faut la saisir 
L’espace tend ses cordes 
L’espace nous attire 
S’en aller 
Oui, il faut s’en aller…

Paroles2Chansons dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.