L’ambassadeur syrien à l’Onu désigne les responsables de la crise dans son pays

Situation in Maaloula, Syria

© Sputnik. Dmitriy Vinogradov

La récente résolution du Conseil de sécurité imposant une pause humanitaire en Syrie vise à empêcher le gouvernement du pays et ses alliés de mener à son terme la lutte contre le terrorisme dans le pays, a estimé dans l’interview accordée à Sputnik, le représentant permanent syrien auprès de l’Onu Bachar al-Jaafari.

La résolution 2401 du Conseil de Sécurité exigeant que les parties en conflit en Syrie cessent les affrontements et respectent une trêve humanitaire d’au moins 30 jours a pour but d’entraver les efforts des forces gouvernementales pour éliminer les derniers foyers terroristes dans le pays, estime l’ambassadeur syrien à l’Onu Bachar al-Jaafari.

«Dès le début, il était clair que son but [de la résolution, ndlr.] n’était pas de protéger les civils, mais de faire obstacle aux opérations antiterroristes de l’armée syrienne appuyée par ses alliés», a-t-il déclaré.

Selon lui, même les critiques du Conseil de Sécurité concernant l’initiative russe d’instaurer des trêves humanitaires quotidiennes de cinq heures dans la Ghouta orientale montrent les vraies intentions de certains pays occidentaux.

«L’Onu n’est pas une organisation caritative. Les dirigeants de cette organisation suivent le cours que certains pays occidentaux ont fixé. Ils ignorent délibérément les mesures prises par le gouvernement syrien pour protéger les civils. Nous avons organisé un couloir humanitaire pour la sortie des civils, des points de stationnement où les gens pourraient recevoir le nécessaire, y compris des soins médicaux. L’entrée d’un convoi de 46 camions avec une aide humanitaire qui a eu lieu le lundi 5 mars confirme l’efficacité de la pause humanitaire pendant cinq heures», a souligné le diplomate.

M. al-Jaafari a également indiqué que le Conseil de sécurité ainsi que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) continuent à ignorer les rapports de Damas concernant les armes chimiques dont disposent les terroristes.

«Nous avons envoyé au Conseil de sécurité et à l’OIAC plus de 140 lettres avec des informations qui prouvent que les groupes terroristes ont des armes chimiques. Par exemple, il y a des informations selon lesquelles le 22 février 2018, des camions transportant des substances toxiques ont traversé le poste de contrôle de Bab al-Khava à la frontière avec la Turquie. Ces substances sont destinées à être utilisées contre des civils dans les zones du déploiement des terroristes. Malheureusement, le secrétariat de l’Onu n’utilise pas ces informations confirmées, bien que j’en aie personnellement remis certaines aux membres du Conseil de sécurité lors d’une séance publique il y a quelques jours», a-t-il noté.

Parlant de la guerre en Syrie, le diplomate a souligné le rôle négatif que d’autres pays arabes ont joué dans son déclenchement.

«En première lieu, ce sont l’Arabie Saoudite et le Qatar. À un moindre degré, d’autres pays du golfe Persique y ont contribué. Ces deux premiers pays ont contribué au déclenchement de la guerre terroriste, tout le monde le sait. Je ne pense pas que nous ayons besoin d’expliquer leur implication dans la crise sept ans après», a conclu M. al-Jaafari.

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.