Les scientifiques découvrent que nos âmes ne meurent pas – « elles retournent à l’univers »

Les scientifiques ont découvert que lorsqu’une personne est déclarée «cliniquement morte», son âme retourne à l’univers et continue à vivre pour l’éternité.
Selon le physicien américain Stuart Hameroff et le physicien mathématicien Sir Roger Penrose, l’âme humaine est comme un logiciel géré par un ordinateur quantique dans le cerveau, maintenu dans des micro-tubules de cellules cérébrales.

Pendant des années, on a cherché à savoir si le cerveau humain était adapté aux processus sensibles. En parallèle, les physiciens et les mathématiciens internationaux d’Oxford ont étudié cette question et ont détecté des vibrations quantiques dans le cerveau humain. En d’autres termes, la conscience des êtres humains serait comme un programme dirigé par un ordinateur quantique situé à l’intérieur du cerveau. Selon les résultats de la recherche, ce programme n’est cependant pas couplé à la vie de chacun et continue à travailler après la mort.
Notre cerveau, le programme d’un « ordinateur quantique » ?
Le cerveau humain est plus complexe que prévu : les scientifiques ont maintenant trouvé un ordinateur quantique dans le cerveau humain. (capture d’ écran Youtube)
Le débat sur l’existence de l’âme et si elle est immortelle ou non, est une histoire sans fin qui a préoccupé depuis des siècles les grands penseurs de l’histoire universelle. Sa nature mystérieuse fascine encore aujourd’hui les différents domaines de la recherche. Mais maintenant, un groupe de scientifiques a fait une percée : ils ont trouvé que l’âme ne meurt pas et revient à l’univers à la mort du corps physique.
Depuis 1996, le Dr. Stuart Hameroff, physicien émérite, anesthésiste et psychologue, et Roger Penrose, physicien et mathématicien à l’Université d’Oxford, ont travaillé sur une « théorie quantique de la conscience ». Ils ont constaté que l’âme est contenue dans de fines structures dans le cerveau, appelée « microtubules » ou microtubes.
Les deux chercheurs croient que le cerveau humain est un « ordinateur biologique ». Ainsi, la conscience des gens serait une sorte de programme dirigé par un ordinateur quantique qui ne prendrait pas fin avec la mort de l’homme.
En outre, les deux scientifiques affirment que ce que les humains perçoivent comme « conscience » est en fait le résultat d’effets de « gravité quantique » situés dans les soi-disant « microtubules ». Ce processus est nommé par les deux scientifiques «Orchestrated Objective Reduction» (ORCH- OR).
L’état quantique reste après la mort de l’homme
La théorie des deux chercheurs est que les microstructures dans le cerveau humain, quand le corps entre dans la phase de « mort clinique », perdent leur état quantique. Toutefois, les informations contenues dans les structures restent intactes. En d’autres termes, l’âme de l’homme, ou l’état quantique dans son cerveau, quitte le corps humain après sa mort et ne meurt pas avec lui.
Le Dr. Hameroff a déclaré dans un documentaire : « Disons que le cœur cesse de battre, le sang a cessé de couler, et les microtubules perdent leur état quantique. Mais les informations contenues dans les structures ne sont pas détruites. Elles ne peuvent pas être détruites et elles vont se diffuser dans l’espace libre (univers). Si le patient est réanimé et qu’il revit, cette information quantique revient à cet homme et il raconte l’histoire d’une expérience de mort imminente. Si le patient ne se réveille pas et meurt, en fait, il est possible que cette information quantique continue d’exister sous une forme incertaine, comme une âme, en dehors du corps humain ».
Selon cette théorie, les âmes humaines sont plus que des « interactions entre les neurones du cerveau » et pourraient être présentes depuis le début des temps.
Et avec toutes les découvertes récentes concernant l’énergie noire et la matière noire – substances que les humains ne peuvent pas voir ou avec lesquelles ils ne peuvent pas interagir, mais des substances qui existent néanmoins – cette théorie pourrait expliquer des choses encore plus mystérieuses et fascinantes.
Hannibal GENSERIC

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.