Qui a été le premier à lancer «le feuilleton des armes chimiques» en Syrie?

Des armes chimiques

© REUTERS/ Ammar Abdullah

Après avoir renoncé à l’islam radical dont il était tombé sous l’influence dans sa jeunesse, Husam Taleb parle en connaisseur sur les groupes extrémistes en Syrie. Dans une interview accordée à Sputnik, il a rappelé de qui venait l’idée d’utiliser des armes chimiques contre le peuple syrien.

Les premières attaques chimiques contre les civils en Syrie ont été planifiées en 2013 pour servir de prétexte pour renverser le gouvernement légitime de Damas, a déclaré à Sputnik le spécialiste des mouvements terroristes Husam Taleb.

«Une attaque chimique était vraiment prévue et ses victimes devaient être des femmes et des enfants. Ainsi, les pays qui soutiennent et entretiennent les radicaux tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Arabie saoudite et le Qatar avaient prévu de faire pression sur le gouvernement syrien. En 2013, Barack Obama a déclaré que les Américains utiliseraient la force contre le gouvernement syrien s’il organise une attaque chimique contre son peuple. Auparavant, personne n’avait jamais parlé de ce genre d’armes. C’est à ce moment-là que le feuilleton des armes chimiques a commencé. Et en 2013, Jaych al-Islam a utilisé des armes chimiques contre l’Armée syrienne libre et a complètement pris le contrôle de la Ghouta. Il était prévu que les forces de Jaych al-Islam, après une frappe américaine contre la capitale syrienne, s’en emparent et prennent le pouvoir», a-t-il raconté.

Après son enlèvement et des tortures qu’il a subies, M.Taleb a quitté la ville de Douma dans la Ghouta orientale en 2012, mais il est toujours en courant de ce qui se passe dans cette zone car ses proches et des amis y habitent.

«Je sais exactement que la situation là-bas diffère de ce que disent les Casques blancs. Je peux dire avec certitude que les Casques blancs sont une organisation terroriste dans le sens strict du terme. Ils font souvent « rapports » de sauvetages de personnes dans les décombres. Cependant, ils font ça pour l’image et la qualité de l’opération en souffre. Est-ce que les sauveteurs ou les employés d’une organisation humanitaire peuvent agir ainsi? Ils montrent des corps d’enfants assassinés et disent que ce sont des victimes d’attaques chimiques, tandis qu’en réalité ce sont eux qui ont tué ces malheureux. Tout cela est fait pour faire pression sur le gouvernement syrien. Des organisations pseudo-humanitaires similaires ont été créées par le Royaume-Uni et les États-Unis en Irak», souligne M.Taleb.

L’expert a également noté que de l’argent de pays occidentaux et arabes tombait en réalité entre les mains de terroristes et n’arrivait pas jusqu’à la population civile qui en a besoin.

«Récemment, Mohamed Allouche [frère de Zahran Allouche, l’un des leaders de l’opposition syrienne, ndlr] a remercié l’Allemagne pour son aide de 10 millions d’euros. Mais où est cet argent? Pour quoi est-il dépensé? Les gens de la Ghouta meurent de faim, mais n’obtiennent pas l’argent qui leur est destiné. Cet argent sert à soutenir les terroristes. L’argent des États-Unis, de l’Allemagne ou d’autres pays tombent dans les poches de ce qu’on appelle l’opposition armée. Cet argent pourrait sauver les affamés, mais en réalité, cela n’arrive pas», a-t-il conclu.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.