Rodrigo Duterte retire les Philippines de la Cour pénale internationale

Et propose de jeter des experts de l’ONU aux crocodiles

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé mercredi le retrait de l’archipel du traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI). La juridiction de La Haye se penche sur sa politique meurtrière contre la drogue.

« Je déclare (…) que les Philippines révoquent leur ratification du Statut de Rome avec effet immédiat », a dit le Président dans un communiqué.

La cour établie à la Haye a annoncé début février l’ouverture d’un « examen préliminaire », étape préalable à une enquête, sur la campagne antidrogue menée par M. Duterte. Cette politique sème l’inquiétude dans les rangs de la communauté internationale.

Manille affirme que la CPI ne peut pas se saisir de l’affaire car le système judiciaire philippin fonctionne de manière indépendante et efficacement. Rodrigo Duterte a récemment dit considérer la Cour pénale internationale comme « inutile » et « hypocrite ».

Élu en 2016, Rodrigo Duterte avait promis d’éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants. Depuis son élection, près de 4 000 trafiquants et usagers de drogue présumés ont été tués par la police, d’après les statistiques officielles.

Les défenseurs des droits de l’Homme affirment qu’il faut en fait multiplier par trois ces chiffres pour obtenir le bilan réel des morts.

Duterte propose de jeter des experts de l’ONU aux crocodiles

Connu pour son discours brutal, le chef d’État philippin a dérapé sur les experts des Nations unies alors que le Haut-commissaire de l’organisation avait précédemment suggéré de lui faire subir un examen psychiatrique.

Le président philippin, Rodrigo Duterte, a appelé l’armée à cesser la coopération avec les experts de l’ONU et à jeter ces derniers « aux crocodiles ». Faite lors d’un discours prononcé depuis la ville de Zamboanga, cette déclaration est une riposte contre le Haut-commissaire des Nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein, qui avait plus tôt estimé que le dirigeant philippin avait besoin d’un « examen psychiatrique ».

Traitant M.Zeid de « fils de p*te », Duterte a également appelé à ne pas répondre aux questions des experts onusiens. « Laissez-le-moi. Ils arrivent ici. Y a-t-il ici des crocodiles, ceux qui mangent vraiment des hommes ? Jetez leurs ces fils de p*te », a-t-il lancé cité par le site Inquirer.

M. Zeid et d’autres responsables des droits de l’Homme à l’ONU critiquent régulièrement la campagne antidrogue controversée du président Duterte.

Depuis son élection en 2016, environ 4 100 trafiquants et consommateurs de drogue présumés ont été tués par la police. Les défenseurs des droits de l’Homme estiment que le nombre réel de morts est plus de trois fois supérieur aux chiffres officiels.

(Source : fr.sputniknews.com)

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.