Un milliardaire se porte volontaire pour être tué afin de transférer son cerveau dans un ordinateur

Un milliardaire de la Silicon Valley s’est engagé à se suicider pour tenter d’atteindre l’immortalité, pour dix mille dollars.

Sam Altman, un entrepreneur, a payé 10 000 $ pour se joindre à 24 autres personnes sur une liste d’attente dans le but de télécharger leur cerveau sur un ordinateur, ce qui implique d’être tué. La startup effectuant l’opération, Nectome, annonce que cette méthode est “100% fatale”, selon les propres termes de l’entreprise.

“L’expérience de l’utilisateur sera identique au suicide assisté par un médecin”, a expliqué Robert McIntyre, cofondateur de Nectome.

“Notre mission est de préserver votre cerveau pour garder tous ses souvenirs intacts : de ce grand chapitre de votre livre préféré à la sensation de l’air froid de l’hiver, la cuisson d’une tarte aux pommes, ou de dîner avec vos amis et votre famille”, a déclaré Nectome sur son site.

“Nous croyons qu’au cours du siècle actuel, il sera possible de numériser cette information et de l’utiliser pour recréer votre conscience.”

Le processus consiste essentiellement à embaumer le cerveau d’une personne, de sorte qu’il puisse être simulé plus tard sur un ordinateur. D’une manière ou d’une autre, la conscience de la personne pourrait être transplantée dans une autre chose à l’avenir, après que la personne ait accepté le sort de la mort en premier.

Ces personnes vivantes seront connectées à un type de machine, puis leur cerveau sera rempli de “produits chimiques d’embaumement personnalisés” développés par Nectome.

Cette idée est si grave qu’elle ne doit être mise en œuvre que dans les États américains où le suicide assisté par un médecin est légal, soit seulement 5 États sur 50, car il s’agit essentiellement d’un suicide. Les personnes qui veulent faire embaumer leur cerveau doivent être atteintes d’une maladie terminale et avoir un pronostic de six mois à vivre ou moins.

On peut probablement supposer que le milliardaire Sam Altman ne choisira pas de mettre fin à sa vie humaine avec cela avant d’avoir une maladie terminale beaucoup plus tard dans sa vie. Il n’est pas clair si cette exigence légale peut être évitée ou non.

L’idée de télécharger la conscience d’une personne vers un ordinateur, ce qui peut la placer dans un objet inanimé ou piéger horriblement une personne avec des possibilités que nous pouvons difficilement concevoir et qui ressemblent à l’enfer, est un destin pire que la mort pour moi. Pour les gens obsédés par l’idée de repousser les limites de la technologie, quelles qu’en soient les conséquences, cela semble être une bonne idée.

Le Dr Ian Pearson, futurologue, croit que dans environ 50 ans, nous serons en mesure de transférer nos cerveaux dans le “Cloud”. Il affirme que cela permettra aux gens d’“utiliser n’importe quel androïde que vous avez envie d’habiter dans le monde réel”.

Selon le New York Post :

“Altman, dont la société Y Combinator finance les start-ups, est le meilleur ami du milliardaire de la Silicon Valley (et co-fondateur de PayPal) Peter Thiel.

Les deux ont récemment reçus des moqueries quand Altman a laissé entendre qu’ils prévoyaient d’échapper à une apocalypse potentielle en se cachant dans le bunker dans la maison de Thiel en Nouvelle-Zélande.

Mais, si tu vis dans un ordinateur, tu dois t’inquiéter de la fin des temps ?”

Cette idée sonne comme un véritable enfer, et personnellement je préfère mourir plutôt que de risquer la possibilité que ma conscience soit piégée dans un objet inanimé, ou répliquée sans mon âme.

Je crois en l’âme, donc je ne sais pas comment cela fonctionnerait dans cette situation. Les gens peuvent faire ce qu’ils veulent, mais pour moi, je me contente de l’état actuel de la vie et de la mort en tant qu’être humain.

Sources : The Mind UnleashedNew York Post – Traduction par Anguille sous roche

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *