Le nouveau Poutine : à quoi s’attendre de la Russie dans les six prochaines années?

Par ORIENTAL REVIEW

Le niveau record de soutien de Vladimir Poutine à l’élection présidentielle témoigne du haut niveau de confiance du pays envers le dirigeant russe et laisse entrevoir la crise à laquelle l’opposition est actuellement confrontée. L’un des éléments qui a contribué à cette victoire du président russe sortant était la volonté des citoyens du pays de se rallier à leur gouvernement, malgré des pressions extérieures sans précédent. Au cours des six prochaines années, Vladimir Poutine devra relever un certain nombre de défis majeurs au pays et à l’étranger. Jetons un coup d’œil sur les points où les politiques étrangère et intérieure de la Russie pourraient être dirigées.

Les attentes patriotiques et la campagne

L’actuel chef de l’Etat russe, Vladimir Poutine, a remporté l’élection présidentielle le 18 mars 2018. Selon la Commission électorale centrale, il a obtenu un pourcentage record de votes – plus de 76%. Jamais auparavant le public n’a montré un aussi fort soutien à aucun candidat à aucune élection présidentielle dans l’histoire de la Fédération de Russie (en 1991 , 1996 , 2000 , 2004 , 2008 ou 2012).

Plus que tout, Poutine a réussi à prendre les attentes patriotiques du pays qui semblaient inaccessibles même en 2012 et les traduire en action. Cela est particulièrement vrai en termes de politique étrangère des six dernières années. La réunification de la Crimée avec la Russie et les victoires en Syrie ont contribué à l’augmentation de la popularité du chef de notre pays, tant à l’intérieur qu’à de nombreux égards à l’étranger.

La campagne électorale du président a également été habilement planifiée. Il a astucieusement refusé de prendre part aux débats (qui finirent par dégénérer en un spectacle honteux entre des nains politiques qui discréditaient l’institution même de la démocratie élue aux yeux de la plupart des Russes), et resta généralement sous le radar dans la course avant son discours liminaire devant l’Assemblée fédérale le 1er mars. À ce moment-là, il était devenu évident pour les électeurs – même ceux qui critiquaient l’administration actuelle – que les candidats alternatifs n’avaient simplement rien à dire.

Vladimir Poutine a saisi ce moment pour utiliser son discours pour articuler des priorités claires pour le développement social et économique de la nation, ainsi que pour maintenir le niveau de sécurité nécessaire.

Un autre facteur important dans le succès de Vladimir Poutine était le fait qu’il avait gagné la bataille pour la loyauté de la jeunesse du pays. Un sondage réalisé par le Centre Levada en décembre 2017 a montré que 86% des résidents de la nation âgés de 18 à 24 ans approuvaient le travail de Poutine en tant que président. Ses notes d’approbation nationales globales (couvrant toutes les catégories d’âge) s’élèvent à 81%.

Rétrospective pour 2010-2018 des résultats du sondage du centre de Levada sur la cote de popularité de Poutine

Rétrospective pour 2010-2018 des résultats du sondage du centre de Levada sur la cote de popularité de Poutine

 

L’opposition

Il est important de noter que les dernières élections ont démontré l’effondrement de facto et sans précédent de la gauche, qui a traditionnellement joué sur la nostalgie de l’Union Soviétique qui est encore ressentie par un pourcentage significatif de l’électorat. Le candidat du Parti communiste, Pavel Grudinin, a obtenu 11,79% des suffrages (en 2012, Gennady Zyuganov en a réuni 17,18%), tandis que le représentant de l’extrême gauche, Maxim Suraykin, n’a recueilli que 0,68% des voix.

Étant donné que les idéaux de justice sociale et de protectionnisme d’État n’ont pas perdu leur lustre aux yeux du public russe, il est clair qu’un pourcentage significatif de l’électorat de gauche vote maintenant pour Poutine et voit en lui ses propres espoirs que le pays continuera son chemin désiré.

Les candidats qui ont fait campagne sur des plateformes libérales (qui sont en réalité des gauchistes d’un camp différent) – Ksenia Sobchak, Grigory Yavlinsky et Boris Titov – n’ont remporté que 3,47% des suffrages de 2018, alors que près de 8% des électeurs ont voté pour Mikhaïl Prokhorov en 2012. Les appels au boycott des élections entendus par le camp du mouvement d’opposition ad hoc n’ont pas non plus abouti: les élections de 2018 ont vu une participation de 67,47%, soit 2% de plus qu’en 2012.

La piètre performance des libéraux était en grande partie liée aux problèmes de politique étrangère. C’est un secteur de la société qui veut s’intégrer dans le monde occidental, mais le monde occidental lui-même a montré hors de tout doute qu’il n’est pas prêt à intégrer la Russie, et à la considérer comme un ennemi. Et cela a complètement arraché le tapis sous les pieds des partis libéraux.

Vladimir Poutine rencontre les délégués du forum

Vladimir Poutine rencontre les délégués du forum « La Russie – le pays des opportunités », le 15 mars 2018

L’Occident est piégé

L’élection présidentielle russe a été précédée par des tensions croissantes dans les relations de Moscou avec l’Occident. A peine moins d’une semaine avant que les électeurs se rendent aux urnes, le ministère russe de la Défense a lancé un avertissement sur une éventuelle attaque aérienne américaine contre la Syrie et a menacé de réagir à toute agression de l’armée américaine. Ce fut l’un des événements les plus importants survenus depuis le début du conflit en Syrie il y a sept ans. Il y avait une menace très réelle d’un affrontement militaire direct entre la Russie et les États-Unis dans la Ghouta orientale. Mais les Américains ont reculé, parce qu’ils ont compris à quel point il est dangereux pour eux de défier une force qui est leur égale militairement.

À son tour, après avoir bombardé Moscou pendant deux semaines avec des accusations sans fondement au sujet de l’incident de Skripal, le Foreign Office britannique a été forcé de reconnaître la nécessité de travailler avec des experts russes pour enquêter sur l’affaire.

Le fait que tous les efforts déployés par l’Occident en quatre ans de sanctions n’aient toujours pas produit les résultats que Washington aurait souhaité – changement de régime au Kremlin ou du moins renforcement de l’influence de l’opposition – démontre que la stratégie musclée de la pression sur la Russie était le mauvais choix à faire.

Les stratèges occidentaux ont été pris dans le piège de leur propre arrogance civilisationnelle car ils voient la paille des autres pays en dépit de la poutre dans leur propre œil. Et puisqu’ils croient que le bien-être matériel n’est pas seulement la base, mais aussi le but ultime de l’existence humaine, ils se trouvent déconcertés lorsqu’ils sont confrontés à d’autres valeurs. Ils ne comptaient pas sur le fait que les citoyens russes ordinaires seraient si disposés à placer le bien public, la grandeur et la souveraineté de leur pays au-dessus de tout inconvénient potentiel causé par les sanctions.

Priorités nationales

Contrairement à la vision largement répandue en Occident, le pouvoir de Poutine n’a rien à voir avec les victoires de la politique étrangère et les expositions de muscles dans ses relations avec les opposants géopolitiques. La grande majorité de son discours pré-électoral qui a provoqué une telle agitation a été consacrée non pas à ses derniers systèmes d’armes, mais aux mesures prises pour introduire un programme durable d’investissement dans les infrastructures et améliorer le bien-être du public.

Le plus grand défi de Poutine dans les six prochaines années sera de fournir à son successeur un climat politique et social beaucoup plus réceptif au niveau national afin de promouvoir la croissance continue du pays. De toute évidence, le chef du gouvernement russe devra être remplacé dans les semaines à venir, car ce pacte datant de 2012 a maintenant expiré. La demande massive du public pour un changement qui a pris racine dans la société russe a largement mis l’accent sur la figure de l’ex-président Dmitri Medvedev, dont l’incapacité à changer radicalement le paradigme du développement du pays est maintenant une blague permanente. Les candidats aspirant au plus haut poste de l’État en 2024 «se mouilleront les pieds» au poste de premier ministre. Et pendant ce temps, Poutine devra relever un défi similaire à celui que Trump a promis de faire pendant sa campagne – drainer le marécage de la bureaucratie qui était à la fois l’épine dorsale de son administration, mais qui le traîne maintenant en arrière avec le reste du pays. Pendant ce temps, nous verrons une rotation complète du personnel dans les hautes sphères du pouvoir en Russie, dans une mesure sans précédent.

Politique étrangère

La solide victoire de Poutine a été un moment de soulagement pour tous ceux qui soutiennent l’idée d’un monde multipolaire et pour tous ceux qui, dans une certaine mesure, aspirent à une plus grande liberté dans les affaires internationales. Voici une liste très révélatrice des pays dont les leaders ont félicité le leader russe pour sa victoire impressionnante: la Serbie (son président, Aleksandar Vučić, était le premier), la Chine, le Japon, la Syrie, l’Iran, la Biélorussie, le Venezuela, Cuba, La Bolivie, l’Azerbaïdjan, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, la Moldavie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Emmanuel Macron a également passé un coup de téléphone, mais seul un télégramme a été reçu de l’Allemagne et seulement de la personnalité de Frank-Walter Steinmeier, bien qu’il soit un homme qui ne devrait pas abandonner ses ambitions politiques face à la crise en cours en Allemagne.

122219

Il est clair que la pression extérieure sur la Russie est là pour rester. Les élites occidentales continueront d’essayer de s’affirmer et de s’accrocher à la ligne droite qu’elles se sont appropriées pour fixer les règles internationales du jeu aux dépens de la Russie. Néanmoins, il est évident que cette stratégie est vouée à l’échec. La Russie s’est engagée à assurer sa propre sécurité et celle de ses alliés et, sans se laisser entraîner dans une confrontation militaire majeure, elle défendra avec détermination les principes du droit international et restera du bon côté de l’histoire. Il est clair que le dialogue avec les États-Unis et les élites transnationales dans le dos de Washington sera dur et accompagné de quelques « coups de feu tirés en l’air » réguliers, mais ce dialogue est ce qui préservera la ténacité et la prévisibilité du processus, comme l’a dit une fois le vétéran ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, de « l’atterrissage en douceur de l’Occident dans une nouvelle réalité géopolitique ».

Source : https://orientalreview.org/2018/03/22/the-new-putin-what-to-expect-from-russia-in-the-next-six-years/

Traduction : AvicRéseau International

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.