À quelle condition les USA se mettront-ils à la table des négociations avec la Russie?

missile intercontinental russe Sarmat

Ministère de la Défense

Les frappes américaines sur la Syrie ont terni l’image des missiles américains tout en rehaussant le statut des systèmes antiaériens russes, selon l’expert militaire Konstantin Sivkov.

Konstantin Sivkov, expert militaire et membre et correspondant de l’Académie des sciences russe, a expliqué à Sputnik en quoi les frappes américaines sur la Syrie avaient fait de l’ombre à leur propre réputation et ce qui devait se produire pour que les États-Unis se mettent à la table des négociations et acceptent de faire des concessions.

«Sur le plan stratégique, les États-Unis ont perdu leur atout principal: la possibilité de mener des guerres sans contact. La défense antiaérienne syrienne basée sur les principes russes a démontré sa capacité à contrer de telles frappes. La Yougoslavie et la Libye sont désormais du domaine du passé », estime l’expert.

Selon lui, les États-Unis doivent revoir les principes d’utilisation de leurs forces aériennes. Notamment en matière d’opérations aériennes offensives, surtout s’il s’agit d’une attaque éventuelle contre la Russie.

De l’avis de M.Sivkov, il y aura désormais beaucoup moins de tapage à propos des missiles américains de haute précision. Par contre, il y aura beaucoup de tapage à propos des systèmes antiaériens russes en termes d’aspect économique, eu égard aux ventes d’armes et de matériels de guerre.

«Il est tout à fait évident que dans ces conditions, les Américains ne tableront pas sur des opérations contre les forces armées russes avec des armes conventionnelles. Il faut tenir compte du fait que dans l’armée américaine, le niveau de pertes admissible au-dessus duquel ils renoncent aux opérations militaires est très bas. Aussi tableront-ils sur des guerres hybrides contre la Russie. La Russie restera leur cible principale, raison pour laquelle les sanctions antirusses seront durcies encore davantage», résume l’expert.

Cependant les choses pourraient changer dans deux cas. Soit que la Russie devienne vassale des États-Unis ou disparaisse de la carte du monde. Soit qu’elle développe une arme ou crée un bloc géopolitique militaire qui force les États-Unis à se mettre à la table des négociations.

«En ce qui concerne les armes, il y a la poursuite des programmes Sarmat et Status-6, évoqués par le président russe. Status-6 est une torpille nucléaire capable de délivrer une charge nucléaire vers le littoral américain et de provoquer un tsunami géant. Sarmat est en mesure de provoquer des processus géophysiques extrêmement graves sur le territoire des États-Unis. Cela les poussera à se mettre à la table des négociations et à accepter des concessions.

Pour ce qui est d’un bloc militaro-politique, un tel bloc pourrait être créé sur la base de l’Organisation de coopération de Shanghai. Pour l’heure, cela paraît fantaisiste car l’on n’en voit aucune prémisse, mais cela pourrait conduire la civilisation occidentale dirigée par les États-Unis à la table des négociations.

Je tiens à préciser qu’à l’heure actuelle, il y a un très grand risque d’éclatement d’une Troisième guerre mondiale sur la base d’un conflit local», a conclu Konstantin Sivkov.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *