L’Arabie saoudite s’exprime sur l’envoi de ses troupes en Syrie

Des militaires saoudiens

© AP Photo / SPA

Riyad mène des discussions avec Washington sur l’envoi de troupes en Syrie. Selon le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Joubeir, l’armée du pays arrivera en Syrie, si elle fait partie d’une grande coalition internationale.

Si l’administration américaine invite l’Arabie saoudite à rejoindre l’opération militaire en Syrie, Riyad est prêt à envoyer ses troupes, ont annoncé mardi des médias arabes se référant au ministre des Affaires étrangères Adel al-Joubeir.

«Nous menons des négociations avec les États-Unis depuis le début de l’année sur le déploiement des forces de la coalition antiterroriste internationale en Syrie. Mais ces propositions et cette idée ne datent pas d’hier», a indiqué le ministre cité par la chaîne de télévision Al-Ekhbariya.

Le ministre saoudien a rappelé que son pays en avait déjà discuté avec l’administration du Président Barack Obama qui a finalement décidé de «ne pas prendre de mesures concernant cette proposition».

Le Wall Street Journal avait annoncé mardi que l’administration de Donald Trump souhaitait inviter des forces de pays arabes pour qu’elles remplacent le contingent américain en Syrie.

Selon le journal, les troupes des pays arabes devraient œuvrer pour stabiliser la situation dans le nord-est de la Syrie après la victoire sur Daech*. John Bolton, le nouveau conseiller à la sécurité national de Donald Trump, aurait contacté à ce sujet le chef des services de renseignement égyptien, Abbas Kamel.

Mais Yahya Kadwani, vice-président de la commission parlementaire égyptienne, a déclaré à Sputnik que Le Caire ne déploierait ses troupes en Syrie qu’après l’approbation du Conseil de sécurité de l’Onu, mais que le parlement du pays n’avait pas encore examiné ce dossier.

Des experts de la mission d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont été déployés en Syrie pour enquêter sur les allégations d’une attaque chimique du 7 avril à Douma. Le directeur général de l’OIAC, Ahmet Uzumcu, a déclaré que la mission n’était pas encore arrivée à Douma, les responsables syriens et russes l’ayant informé qu’il restait des questions de sécurité en suspens.

Des pays occidentaux ont accusé les forces gouvernementales syriennes d’avoir employé des armes chimiques à Douma, dans la Ghouta orientale, le 7 avril. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les intox sur l’attaque chimique présumée de Douma étaient appelées à justifier une ingérence étrangère. L’état-major général des forces armées russes a rappelé qu’il avait prévenu d’une provocation planifiée en Syrie dès le 13 mars dernier.

Damas a toujours signalé qu’elle avait détruit ses armes chimiques, l’OIAC l’ayant confirmé en 2016.

Le 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé des frappes contre des cibles en Syrie. 

*Organisation terroriste interdite en Russie

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.