Lavrov met les points sur les i concernant les frappes des USA et de leurs alliés en Syrie

Sergueï Lavrov

© Sputnik . Maxim Blinov

Les frappes contre la Syrie, réalisées par Washington, Londres et Paris «sous un prétexte entièrement falsifié» retardent la perspective d’un règlement pacifique dans ce pays, a déclaré ce mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe a commenté ce mardi les récentes frappes contre la Syrie, réalisées dans la nuit du 13 au 14 avril, par Washington, Paris et Londres.

«Ces actions agressives nuisent à la situation humanitaire et font le jeu d’extrémistes, retardent la perspective de l’instauration de la paix sur le sol syrien qui a déjà beaucoup souffert», a déclaré Sergueï Lavrov.

Par ailleurs, M.Lavrov a souligné que «la Russie demandera le respect de la souveraineté et de l’intégralité territoriale de la Syrie».

Selon le ministre russe des Affaires étrangères, les frappes des États-Unis et de leurs alliés sur la Syrie, effectuées «sous un prétexte entièrement falsifié et sont une violation sévère du droit international et de la Charte de Nations Unies».

Sergueï Lavrov a également souligné que «l’escalade de la situation autour de la Syrie nuit à tout le système de relations internationales».

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense. Le bombardement a été mené sous couvert d’une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques de cet État, suite à l’attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l’objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d’éventuelles actions extérieures.

Une mission de l’OIAC est arrivée le 14 avril à Damas pour enquêter sur l’attaque prétendue chimique à Douma, c’est-à-dire après le bombardement par les pays occidentaux.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.