Un «module pour se tuer» présenté à Amsterdam

Sarco

© Photo. Exit International

Un engin controversé qui permet aux utilisateurs de se tuer en appuyant sur un bouton a été présenté lors de l’Amsterdam funeral show. Le suicide sera-t-il un phénomène de masse?

La première «capsule de suicide» a été présentée à l’Amsterdam funeral show, une exposition de l’industrie funéraire. La personne qui veut mourir entre dans la capsule remplie d’azote et appuie sur un bouton, relatent des médias.

Le suicidaire se sentira un peu étourdi mais perdra rapidement conscience et mourra, assurent les producteurs.

Appelé Sarco, abréviation de «sarcophage», la machine imprimée en 3D inventée par le militant australien de l’euthanasie Philip Nitschke et le designer hollandais Alexander Bannink forme un tout avec un cercueil amovible, monté sur un support qui contient une cartouche d’azote.

​Le Sarco est un dispositif «pour fournir aux gens une mort quand ils souhaitent mourir», a déclaré M.Nitschke.

Les inventeurs ont présenté un modèle de l’appareil. Les visiteurs de l’exposition ont eu la possibilité de vivre une expérience réaliste de ce que ce serait de s’asseoir dans la capsule avant d’appuyer sur le bouton, au moyen de lunettes de réalité virtuelle.

Interrogé sur la controverse entourant l’euthanasie et les obstacles juridiques, M.Nitschke a déclaré: «Dans de nombreux pays, la loi n’interdit pas le suicide, mais seulement le fait d’aider une personne à se suicider», relate le South China Morning Post.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *