Vers un premier traitement ciblé contre le lupus

C’est un peptide efficace et de plus sans effets secondaires contre le lupus, une maladie inflammatoire chronique auto-immune (voir encadré) qui touche 5 millions de personnes dans le monde, dont 30 000 en France (90% de femmes). Ce candidat médicament, le Lupuzor, le premier traitement spécifique et non immunosuppresseur anti lupus, a été mis au point par l’équipe de Sylviane Muller, chercheuse au CNRS et Médaille d’or de l’innovation. En test depuis déjà plusieurs années, la molécule vient d’achever un essai dit de phase 3 et a démontré non seulement son efficacité mais aussi son absence d’effets secondaires.

Face à cette affection complexe, on ne dispose aujourd’hui que de traitements non spécifiques, des corticoïdes, des immunosuppresseurs, des immunomodulateurs, qui affaiblissent le système immunitaire dans son ensemble. Mais, si ces traitements réduisent l’agression auto-immune, ils rendent aussi les patients très sensibles aux multi-infections. C’est la raison pour laquelle l’équipe de Sylviane Muller a choisi de développer une thérapie plus ciblée. Dans un premier temps, la chercheuse a identifié des fragments de protéines, une courte chaîne d’acides aminés (P140), qui ralentissaient fortement la maladie chez l’animal. Depuis des études cliniques ont été menées par ImmuPharma France. Débutée en décembre 2015 aux Etats-Unis, l’étude-pivot internationale de phase III du Lupuzor a été étendue ensuite en Europe et menée sur 202 patients répartis en deux groupes : le premier sous Lupuzor, tandis que le deuxième recevait un placebo. L’ensemble des patients recevait également d’autres médicaments dits de fond (stéroïdes, antipaludéens, du méthotrexate, etc ).

Résultat : le Lupuzor s’est montré efficace pour 68,8 % des patients qui le recevaient. De plus, n’étant pas immunodépresseur, le peptide ne diminue pas les défenses immunitaires des patients et aucun effet indésirable grave n’a été signalé. Des résultats prometteurs qui devraient accélérer pour ImmuPharma, la start up qui l’a breveté, la commercialisation de ce peptide qui pourrait aussi être utilisé dans d’autres affections auto immunes (maladie de Crohn, syndrome de Sjögren…).

Le lupus c’est quoi ?
Il s’agit d’une maladie auto-immune chronique liée à des dysfonctionnements du système immunitaire. La maladie  se caractérise par une production d’auto-anticorps qui s’attaquent à divers organes (peau, articulation, système vasculaire, cerveau, reins…) provoquant ainsi à tous ces niveaux une inflammation, d’où un large éventail de symptômes  : lésions cutanées, douleurs articulaires, thromboses, poussées psychotiques… L’atteinte la plus classique est une éruption au niveau du visage en forme de masque appelé loup, d’où le nom de la maladie.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.