Les stocks du complexe militaro-industriel s’effondrent après l’accord de paix avec la Corée du Nord

Le même jour où les dirigeants de la Corée du Nord et de la Corée du Sud ont signé un accord de paix historique, les cinq plus grands entrepreneurs militaires des États-Unis ont perdu plus de 10 milliards de dollars en valeur. Après que Trump a mis fin à la guerre de Corée, les ondes de choc se sont répercutées dans tout le complexe militaro-industriel.
Rien que vendredi, les cinq plus grands entrepreneurs de la défense aux États-Unis ont perdu plus de 10 milliards de dollars en valeur. Lockheed Martin (LMT) a commencé la semaine à 352,79 $ par action et l’a terminée à 321,95 $ par action, soit une baisse de 2,5 % pour atteindre une valeur d’environ 92 milliards de dollars

Northrop Grumman (NOC) a commencé la semaine à 356,67 $ par action et l’a terminée à 321,86 $ par action, soit une baisse de 3,4 % pour atteindre une valeur de 56 milliards de dollars.

General Dynamics (GD) a commencé la semaine à 222,92 $ par action et l’a terminée à 203,70 $ par action, chutant de 3,8 % pour atteindre une valeur de 60 milliards de dollars.

Raytheon (RTN) a commencé la semaine à 227,67 $ par action et l’a terminée à 204,09 $ par action, soit une baisse de 3,6 % pour atteindre une valeur de 50 milliards de dollars. Il y a moins d’un mois, je vous disais que la valeur de Raytheon a augmenté de 1,5 milliard de dollars après le bombardement de la Syrie – Trump Owns/ed Stock in the Company.

Boeing (BA) a perdu moins de 1 % de son stock, terminant la semaine avec une évaluation de 200 milliards de dollars. Lorsque les États-Unis envahissent des nations souveraines, renversent des gouvernements étrangers et lancent d’innombrables frappes de drones qui tuent des civils innocents, le complexe militaro-industriel profite de milliards de dollars. Mais l’industrie est si volatile que si une réunion pacifique entre deux dirigeants peut faire s’effondrer ses actions, les menaces et les tweets en colère d’un autre dirigeant peuvent faire grimper ses actions en flèche. En août 2017, le président Trump a promis de rencontrer la Corée du Nord avec « un feu et une fureur comme le monde n’en a jamais vu », et comme l’a rapporté The Free Thought Project, les stocks des fabricants d’armes et des sous-traitants de la défense ont augmenté de manière significative en réponse : « La peur a infecté la planète, donc le secteur de la défense nationale est en plein essor. » « Le niveau de dialogue autour de la défense antimissile est maintenant au niveau du premier ministre et du ministre de la défense « , a déclaré Tom Cahill, vice-président de l’entreprise de défense aérienne et antimissile de Lockheed, dans un entretien avec Reuters, qui a ajouté :  » Certains pays placent la défense antimissile au sommet de leur liste de capacités souhaitées, a dit M. Cahill. « L’intérêt a augmenté au cours des 12 à 18 derniers mois, tout comme les menaces, a-t-il dit. Les actions de Lockheed ont augmenté de près de 8 %, à 300,10 $, depuis le premier essai de missiles à longue portée de la Corée du Nord, le 4 juillet dernier. « Bien sûr, c’était hier. Aujourd’hui, les actions de Lockheed Martin continuent d’augmenter – juste avant la publication, les actions oscillaient autour de 305 $ par action – et ne montrent aucune indication d’une baisse à des niveaux typiques d’une atmosphère mondiale moins chargée ». Le gouvernement des États-Unis représentait environ 70 % des revenus de Lockheed Martin en 2016, et lorsque l’administration Trump a commencé à menacer de lancer une guerre à grande échelle contre la Corée du Nord, les actions de la société ont grimpé en flèche de 8 %, marquant une augmentation de 20 % des actions de Lockheed Martin au cours des huit premiers mois de l’année. Maintenant qu’une paix durable pourrait être à l’horizon entre le Nord et la Corée et que les stocks sont en baisse, cela soulève des questions sur la façon dont les entrepreneurs de la défense aux États-Unis vont se rétablir. S’il n’y a pas d’ours à pointer et pas de guerre à menacer en Corée du Nord, les États-Unis vont-ils accroître les tensions en Syrie, au risque de provoquer la Russie ? Ou reprendra-t-il sa campagne de propagande contre l’Iran pour tenter de convaincre les Américains que le pays a désespérément besoin de « liberté et de démocratie », alors qu’en réalité, le complexe militaro-industriel a désespérément besoin de stocks élevés et de profits fructueux ?
Traduit par Dr.Mo7oG

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *