Manque d’accès aux Skripal: Zakharova rappelle qu’il s’agit d’un citoyen russe

Maria Zakharova

© Sputnik . Valery Melnikov

Bien que les autorités britanniques refusent d’accorder à la Russie un accès aux Skripal, la porte-parole de la diplomatie russe rappelle que l’ex-agent russe n’est pas privé de sa citoyenneté russe, donc, il a le droit de communiquer avec les consuls russes. De même, la Russie a totalement le droit de communiquer avec lui.

L’ex-agent russe Sergueï Skripal n’a pas renoncé à la citoyenneté russe, et les représentants de la Russie ont donc le droit d’avoir accès à lui, a déclaré la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«Sergueï Skripal n’est pas privé de sa citoyenneté russe, et tel que nous le comprenons, il n’y a pas volontairement renoncé. Il a le droit de communiquer avec les consuls russes, comme la Russie a totalement le droit de communiquer avec lui», a rapporté Maria Zakharova.

Selon la porte-parole de la diplomatie russe, il est important pour la Russie de s’assurer du bien-être de ses citoyens.

«Nous ne sommes pas satisfaits des déclarations des responsables britanniques selon lesquelles Sergueï et Ioulia Skripal ne veulent pas communiquer avec nous et refusent de procéder à un examen médical impliquant des spécialistes russes», a indiqué Maria Zakharova.

«Via notre ambassade à Londres, nous continuerons d’exiger la possibilité de communiquer directement avec les Skripal. S’ils n’ont pas besoin de notre aide, que les Britanniques les laissent le dire personnellement. Dans la situation actuelle, nous sommes obligés de qualifier cette situation de rétention forcée et même d’enlèvement de nos deux citoyens par les autorités britanniques. Ces actions du Royaume-Uni constituent une grave violation des traités bilatéraux», a-t-elle ajouté.

Le 4 mars dernier, l’ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d’un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d’être derrière l’empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d’expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d’établir le pays d’où provenait l’agent innervant utilisé dans cette tentative d’assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

Les diplomates russes n’arrivent pas à contacter les Skripal depuis début mars. Ils ignorent où se trouve Ioulia Skripal, qui a quitté l’hôpital de Salisbury début avril. Les représentants de l’ambassade ne peuvent pas obtenir accès à M. Skripal, qui reste hospitalisé.

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.