La légende des marins sur les sirènes, serait-elle inspirée par les bélugas?

Un béluga pulvérise de l'eau sur les visiteurs dans un parc au Japon

© AFP 2018 KAZUHIRO NOGI

Sur une photo singulière parue sur le Net, un béluga, également appelé baleine blanche, présente au lieu d’une queue… des «jambes», selon The Newsweek. Certains ont supposé que c’était l’explication des légendes de marins sur les sirènes. Mais non, le secret réside dans l’angle de prise de vue, a indiqué Carey Richard, du Mystic Aquarium aux USA.

Une photo a récemment déferlé sur le Net. Un béluga, ou baleine blanche ou marsouin blanc, semble avoir troqué sa queue… pour une paire de «jambes», donnant corps aux légendes de marins sur les sirènes, selon The Newsweek.

Ce tweet a été commenté par Carey Richard, superviseur des cétacés et des pinnipèdes à l’Aquarium Mystic du Connecticut, qui est non seulement une attraction, mais également un établissement s’occupant de la recherche sur l’anatomie, les mœurs et les comportements des bélugas, ainsi que sur l’impact des changements climatiques sur ces mammifères marins.

«Le secret réside dans l’angle de prise de vue», a-t-elle expliqué.

Car en réalité, il s’agit bien sûr non pas de jambes, mais de la couche de graisse qui peut constituer plus de 40 % du poids de l’animal. Cette graisse joue un rôle très important dans la vie de ces mammifères qui habitent dans les eaux arctiques. Elle est à la fois une réserve d’énergie et un isolant naturel qui protège du froid.

«Mais la caméra était tenue de telle manière que le déplacement de la graisse était visible quand l’animal nageait. À vrai dire, je n’ai jamais vu la graisse des bélugas prendre des formes aussi étranges», a-t-elle ajouté.

Sa conclusion a été confirmée par Mandy Migura, biologiste des mammifères marins à l’Administration nationale des études océaniques et atmosphériques.

«Je pense que l’angle et le mouvement de l’animal dans l’eau provoquent cette distorsion», a-t-elle indiqué.

Pour ce qui est des mythes sur les sirènes, les marins avaient apparemment vu non pas ces «jambes», mais entendu le chant de ces mammifères. En effet, les bélugas sont capables d’émettre un large éventail de sons, dont des sifflements et des claquements, ce qui leur a valu le surnom de «canaris des mers».

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.