Opportunity en pleine tempête sur Mars. Y survivra-t-il ?

Une immense tempête de 18 millions de km2 souffle sur la planète Mars depuis le 30 mai 2018. Elle a d’abord été détectée par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) dont les données ont permis de calculer que le phénomène météo allait frapper de plein fouet le rover Opportunity. Les équipes en charge du robot ont pu ainsi s’y préparer mais leurs moyens d’action sont assez limités : impossible de mettre à l’abri le rover dont on n’a plus de nouvelles depuis le 10 juin 2018. 

Un ciel presque noir sur la planète Rouge

Opportunity est actuellement au milieu de la vallée de la Persévérance, située sur un des flancs du cratère Endeavour, un cratère d’impact creusé il y a plusieurs milliards d’années, large de 22 kilomètres. Opportunity a atteint le bord de ce cratère en 2011 après avoir exploré pendant sept ans plusieurs autres petits cratères. Depuis, il sillonne et explore le relief accidenté qui l’entoure dont la vallée de la Persévérance qu’il chemine depuis presque un an. 

Sur Mars les tempêtes n’ont pas grand chose à voir avec celles qui naissent sur Terre, ni même avec ces bourrasques qui contraignent l’équipage du Ares III à abandonner Mark Watney sur la planète rouge dans le film Seul sur Mars. Les vents ont beau souffler avec vigueur, jusqu’à 150 ou 200 km/h, ils n’ont que peu d’effets du fait de la quasi-absence d’atmosphère. Ils ne risquent donc pas de soulever ou de retourner Opportunity. En revanche, les vents arrachent de la surface et transportent des poussières fines d’un dixième à un centième de millimètre qui montent dans l’atmosphère et obscurcissent l’environnement.

La luminosité à laquelle est soumis le rover Opportunity diminue au fil des jours, comme l’indiquent ces simulations réalisées par la NASA. Crédit : NASA / JPL-Caltech / TAMU. 

Opportunity est arrivé sur Mars en 2004

Ce sont ces poussières qui constituent le principal danger pour Opportunity : le véhicule dépend de la lumière du Soleil pour alimenter et recharger ses batteries. Or les images présentées ci-dessus représentent la baisse de luminosité au fil des jour : le rover évolue actuellement dans une obscurité presque totale. Ses batteries presque à plat, il a interrompu toute communication avec la Terre depuis 48 heures et les contrôleurs de mission estiment (espèrent !) qu’il a dû passer en mode « panne » avec tous les sous-systèmes éteints. Seule subsiste une horloge qui est chargée de « réveiller » le rover à intervalles réguliers pour vérifier si ses batteries se rechargent. Ce qui ne devrait pas être le cas dans les prochains jours. Les scientifiques de la NASA s’attendent en effet à ce que la tempête grandisse encore pour recouvrir presque tout le globe martien et dure plusieurs semaines. 

Opportunity est arrivé sur Mars en 2004… pour une mission dont la durée devait être de seulement 90 jours ! Le 15 février 2018, soit quatorze années après son atterrissage et 45 kilomètres parcourus, le rover de la NASA a pourtant célébré son 5000e jour martien et il semblait – jusqu’à cette tempête – bien parti pour poursuivre encore quelques mois ses pérégrinations dans la vallée de la Persévérance. L’engin a déjà traversé plusieurs tempêtes, dont une immense en 2007 qui l’avait contraint à rester en fonctionnement réduit pendant quinze jours dont plusieurs sans communication avec la Terre. Le compère d’Opportunity, le rover Curiosity dispose lui d’un d’un générateur électrique nucléaire : il ne dépend donc pas de l’ensoleillement pour fonctionner. Mais si la visibilité est nulle, il sera stoppé pour ne pas risquer de le précipiter dans une faille ou le bloquer contre un relief. 

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.