Bac 2018 : voici le corrigé du bac de sciences des filières L et ES

Le mercredi 20 juin 2018 se déroulait l’épreuve anticipée de sciences pour les lycéens de 1ère ES et de 1ère L. Les candidats au baccalauréat disposaient ainsi d’une heure 30 pour répondre au sujet, dans une épreuve qui sera pondérée d’un coefficient 2 dans leurs résultats finaux du bac l’an prochain. Vous pouvez retrouver le sujet de l’épreuve ci-dessus, ou à cette adresse, sur le site de Studyrama.

Confitures, économies d’énergie, évolution et dangers du radon

Au menu, pour les candidats de ces deux séries, plusieurs applications très concrètes des sciences : conservation des confitures « maison », économies d’énergie domestiques à l’aide d’un puits canadien, dangers du radon pour le chauffage individuel…  Mais ce n’est pas tout : les candidats sont également appelés à s’interroger sur la tenue des chasseurs, et sur l’avantage que peut présenter la couleur orange pour éviter les échanges de tirs fortuits entre chasseurs… tout en s’assurant de ne pas être bien vu par les sangliers, qui perçoivent mal cette couleur.

Des thématiques au cœur du programme de ces séries : « Nourrir l’humanité », « Qualité et innocuité des aliments », « Utiliser les ressources énergétiques », « La chimie de la perception » et « Représentation visuelle » en représentent en effet quelques intitulés.

Les bonnes réponses

Quelles réponses fallait-il donner pour rafler tous les points ?

  • Confitures

« Justifier en quoi les différentes étapes de la recette de confiture de framboises permettent sa conservation à température ambiante pendant plusieurs années et pourquoi il est conseillé de la conserver au frais après ouverture. »

Il fallait ici détailler l’intérêt de chaque étape de la recette : tout d’abord la stérilisation des bocaux dans de l’eau bouillante pour tuer d’éventuels pathogènes, puis la sélection de fruits sains afin d’éviter d’introduire des microbes. Puis l’ajout du sucre dans le mélange permet d’abaisse l’activité de l’eau dans la confiture, et donc de limiter le développement de micro-organismes (cf. document 3b). Le chauffage à ébullition (100°C) du mélange sucre et framboises permet de tuer les bactéries, levures et moisissures qui auraient survécu aux étapes précédentes. Enfin, la mise en pots suivies du retournement des bocaux une fois fermés permet de chasser le dioxygène, utile au développement de certains pathogènes, qui consomment le CO2. En résumé, il s’agit d’éviter d’introduire des pathogènes, d’atteindre une température qui en détruit le maximum, puis d’éviter que les conditions de conservation favorisent leur développement.

  • Défi énergétique
  1. La bonne réponse est la proposition A. Il suffit de lire le document 2.a. pour trouver la réponse, et transcrire les mots en équation chimique. « Cet élément radioactif se désintègre en émettant un rayonnement alpha(2), connu pour être cancérigène. »  
  2. On demande le temps nécessaire à ce que la moitié des noyaux de radon se désintègrent. Il suffit d’utiliser l’abaque fournie dans le document 2.2 : pour 400 noyaux au départ, on cherche au bout de combien de temps il reste 200 noyaux : la réponse est 4 jours.
  3. 1. L’expression littérale reliant énergie et puissance est simple : Energie = Puissance x temps (ou Puissance = Energie / temps ce qui revient au même).
    2. Il faut montrer que le gain énergétique réalisé est de 800 kWh. L’énoncé indique que le propriétaire a économisé 40 heures de fonctionnement de sa chaudière électrique, dont la puissance est de 20 kW. Puisque E= Px t, on calcule 20 x 40 = 800 kWh.
    3. Pour commenter ce résultat, on peut le rapporter à la consommation totale (8000 kWh soit une économie de 10%) et expliquer sa cause : c’est l’installation du puits canadien, comme indiqué dans l’énoncé. 
  4. On doit ici citer un avantage du puits canadien, mais aussi un inconvénient. C’est là où il faut mettre en relation les documents sur le puits canadien avec ceux sur le radon : on explique que le radon est naturellement présent dans les sols, et que le puits canadiens implique de faire passer un tuyau PVC dans le sol. D’où l’inconvénient : celui d’accroître la quantité de radon dans la maison. L’avantage est pour sa part évident, il réside dans les économies d’énergies réalisées.

Lisez la suite du corrigé ci-dessous.

aller à la source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.