Un mystérieux sarcophage noir, vieux de 2000 ans, découvert à Alexandrie

Un sarcophage en granite noir a été déterré à Alexandrie. Enterré depuis plus de 2000 ans, il n’a jamais été ouvert.

Plus de 2000 ans sous terre ça use un peu… Pourtant ce sarcophage noir en granite, découvert récemment à Alexandrie semble presque intact. Comme cela arrive assez régulièrement, c’est le ministère des Antiquités du pays qui a annoncé la découverte sur les réseaux sociaux, sans pour autant donner de plus amples informations. Ni la date précise de la découverte, ni datation du sarcophage (on ne connaît que la période), ni même le nom de l’équipe en charge des fouilles n’ont été communiquées.

«Ce n’est pas la première fois qu’on découvre un sarcophage de ce type,» explique Ivan Guermeur chercheur au CNRS et directeur de l’équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne à Université Paul-Valéry de Montpellier. «La plupart datent de la même période, autour de la 30e dynastie, au 4e siècle avant Jésus-Christ. Celui-là est sans doute un tout petit peu plus récent, puisqu’on sait qu’il date de l’époque ptolémaïque.»Tout juste sait-on que le sarcophage mesure 265 cm de long, 185 de haut et 165 de large (ce qui en fait un des plus grands découverts à Alexandrie) et qu’il a été trouvé avec un buste en marbre, sans doute celui de son propriétaire.

L’époque ptolémaïque couvre une large période, d’environ 330 av. J.-C. à 30 av. J.-C. C’est la seule indication chronologique dont nous disposons pour ce bloc de granite. Autre trait particulier, le sarcophage n’a jamais été ouvert en 2000 ans. «C’est effectivement quelque chose d’assez rare, car beaucoup de sarcophages ont été pillés pendant l’Antiquité,» précise le chercheur français.

Aucune inscription n’ayant été découverte, impossible de savoir quel secret se cache dans le bloc de pierre. La taille du sarcophage et du buste indiquerait cependant, que la personne enterrée dans le cercueil était d’un statut social élevé. «Certaines photos montrent que le sarcophage a été découvert dans un environnement très humide. Ce qui pourrait avoir beaucoup abîmé le contenu,» regrette Ivan Guermeur.

 

Un empire helléniste

 

La ville d’Alexandrie recèle d’innombrables trésors enterrés, même si le contexte urbain rend les fouilles assez compliquées. «La plupart du temps, les découvertes sont le fruit de fouilles de sauvetage,» détaille Ivan Guermeur. «Le gouvernement détruit des villas pour construire de grandes tours, et au moment de la destruction des fouilles sont effectuées.»

Fondée en 331 av. J.-C. par Alexandre le Grand, la cité était la capitale du royaume ptolémaïque. «C’était un empire helléniste qui n’a pas connu de rupture avec l’arrivée des Romains,» raconte Ivan Guermeur. «Jusqu’à la fin de l’empire, la culture est restée très grecque. La plupart des sources retrouvées sont essentiellement rédigées en grec. Mais on a aussi retrouvé quelques textes en hiéroglyphes.» Après avoir conquis l’Égypte, Alexandre a nommé Ptolémée, un de ses officiers de confiance, gouverneur de l’Égypte. Quelques années après la mort d’Alexandre le Grand, Ptolémée se proclame roi d’Égypte et fonde une dynastie qui se terminera par le suicide de Cléopâtre.

source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.