Les enjeux de la décriminalisation canadienne du cannabis

Le Canada est le premier pays du G7 à légaliser la consommation et la culture du cannabis, une décision effective dès le 17 octobre. Rachel Marsden s’entretenait avec Karine Bertrand, chercheuse et directrice du service de toxicomanie à l’université de Sherbrooke.

Justin Trudeau l’annonçait en juin après les votes des deux chambres du parlement canadien, le cannabis deviendra légal dans tout le pays, à partir du 17 octobre. Un projet de loi du gouvernement qui est justifié pour des facteurs de santé et réduire les narcotrafics. Mais quels sont réellement les enjeux de cette autorisation?

Retrouvez l’émission sur SoundCloud

Pourquoi une telle décision de la part du Canada? Karine Bertrand, chercheuse et directrice du service de toxicomanie à l’université de Sherbrooke, l’explique ainsi:

«La logique derrière cette décision est de santé publique, compte tenu d’un certain constat d’échec de la prohibition comme façon de contrôler l’usage […]. La légalisation est une option qui a été choisie par les Canadiens lorsqu’il y a eu l’élection du Premier ministre Trudeau dans une perspective de santé publique mais aussi de lutte contre le crime organisé».

L’universitaire ne nie pourtant pas la forte opposition qu’a suscitée cette décision:

«Il y a beaucoup de débats parce que la crainte principale est relative à la banalisation de cette substance par la société, l’accès des jeunes au cannabis qui inquiète souvent les opposants.»

La chercheuse québécoise fait aussi référence au voisin américain, qui s’inquiète de possibles débordements:

«Étant donné le transport finalement du cannabis, ça peut créer un problème en termes de contrôle de déplacement des substances par exemple.»

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.