Trump dévoile les thèmes de sa rencontre avec Poutine à Helsinki

Donald Trump a révélé à la presse le programme de sa rencontre avec Vladimir Poutine prévue le 16 juillet à Helsinki, en Finlande. Selon le Président américain, il souhaiterait discuter avec son homologue russe de la Syrie et de l’Ukraine, ainsi que de la prétendue intervention de Moscou dans les récentes élections amércaines.

Se prononçant ce jeudi à une conférence de presse dans le cadre du sommet de l’Otan à Bruxelles, Donald Trump a présenté le programme de ses futurs pourparlers avec Vladimir Poutine à Helsinki, le 16 juillet prochain.

«Comme vous le savez, je dois rencontrer le Président Poutine lundi. Et nous n’attendons pas grand-chose de cette rencontre. Nous voulons discuter de la Syrie, nous allons certainement lui poser notre question préférée à propos de l’ingérence russe dans les élections, je vais lui poser cette question une énième fois. Nous parlerons aussi d’autres choses. Nous parlerons de l’Ukraine et je suis très intéressé par ce qu’ils auront à dire à ce sujet», a déclaré le Président américain.

Donald Trump a avoué ne pas exactement savoir comment se déroulerait sa rencontre avec Vladimir Poutine, tout en admettant la possibilité d’en tirer des résultats positifs.

Détails à suivre

Les Présidents russe et américain se rencontreront le 16 juillet prochain à Helsinki, en Finlande, pour évoquer les perspectives de développement des relations bilatérales et des dossiers internationaux d’actualité. Ce sera la première rencontre «grand format» des deux dirigeants hors de forums internationaux. MM.Trump et Poutine se sont croisés pour la première fois à Hambourg en 2017 en marge du sommet du G20 avant de s’entretenir au Vietnam lors d’un sommet de l’Association des pays de coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC).

Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont envenimées en raison de la crise en Ukraine et de l’adhésion de la Crimée à la Russie. L’Occident a adopté des sanctions contre Moscou qui a réagi en optant pour la réduction des importations. La Russie a plusieurs fois qualifié le langage des sanctions de contre-productif.

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.