Un fragment de météorite découvert au Botswana

Le 2 juin 2018, une météorite pénétrait dans l’atmosphère et explosait au-dessus de l’Afrique, vers le Botswana. L’incident a été observé dans de nombreux pays voisins et par le télescope du Catalina Sky Survey qui avait repéré l’intrus huit heures avant l’entrée atmosphérique. Le samedi 23 juin 2018, une équipe d’experts du Botswana, d’Afrique du Sud, de Finlande et des États-Unis a retrouvé un fragment de cette météorite, dans un parc naturel du Botswana, puis un autre peu après. C’est seulement la troisième fois dans l’histoire qu’un astéroïde entrant en contact avec la Terre est détecté si tôt et la deuxième fois que des fragments sont récupérés. Leur étude va permettre d’identifier la nature de l’objet et va permettre de mieux calibrer les outils de surveillance terrestre, prémisses d’une véritable défense planétaire. 

Bientôt il sera possible de détourner les gros astéroïdes

La Terre croise régulièrement de gros astéroïdes dits « géocroiseurs », dont l’impact pourrait causer d’importants dommages, n’importe où à sa surface avec des conséquences catastrophiques. Les dinosaures en ont été victimes et avant eux sans doute d’autres espèces ont-elles disparues à cause d’un tel évènement. Face à cette menace, l’humanité est fort dépourvue. Les astronomes ont quand même dressé la liste des cailloux les plus dangereux, de diamètre supérieur au kilomètre, qui font l’objet d’une surveillance attentive, et ils ont établi que dans les mille prochaines années, la Terre ne devrait pas être frappée par les plus gros d’entre eux. Pour le futur plus lointain, des plans pour les détourner ou les détruire sont en train d’être élaborés, ils constituent les prémisses d’un défense planétaire. En revanche les plus petits ne peuvent pas être tous listés et certains pourraient heurter la Terre et provoquer des dégâts selon l’endroit où des fragments atterrissent. En 2013, la ville de Tcheliabinsk, en Russie, avait ainsi subi une pluie de météorites qui avait fait près d’un millier de blessés. 

aller à la source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.