Nous ne serons jamais fatigués de voir ces images d’astronautes tombant sur la Lune

Nous sommes tous habitués à la gravité terrestre. Elle nous semble « normale », mais elle n’est inhérente qu’à notre monde. Envolez-vous pour la Lune, et vous ferez l’expérience d’une autre gravité. C’est ce qu’ont vécu les astronautes des missions Apollo au début des années 70. Et comme vous pouvez le voir, ce n’était facile pour personne.

La NASA garde en effet dans ses cartons des séquences de ses hommes en combinaisons tombant sur la surface lunaire. Ce n’est pas « seulement » pour rire : l’agence américaine a – pour des raisons scientifiques – fait des rapports détaillés sur toutes les fois où les astronautes ont perdu pied. Pour Apollo 15, il s’agissait d’étudier les taux métaboliques des astronautes lorsqu’ils traversaient différents types de terrains sur la Lune : en montée, en descente et en terrain plat. Pour Apollo 16, il s’agissait d’évaluer les différences de dextérité et de locomotion sur Terre et sur la Lune, pour mieux comprendre à la fois la gravité lunaire et comment elle affecte les mouvements à la surface.

Pourquoi la gravité lunaire n’est que 6 fois plus faible que la gravité terrestre ? La masse de la lune (7,36 × 10²² kg) est 81 fois plus petite que celle de la Terre (597,42 × 10²² kg). Si la Lune avait le même rayon que la Terre, l’intensité de la pesanteur à sa surface serait alors 81 fois plus faible que celle à la surface de notre planète. Cependant, le rayon de la Lune (1 737 km) est beaucoup plus faible (3,67 fois moins) que celui de la Terre (6371 km).

La valeur de la force d’attraction entre 2 masses est proportionnelle aux masses, mais inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare : F = ε. M.M’/d². La force d’attraction entre un objet à la surface de la Terre et la Terre elle-même est donc : (81 fois plus grande) x (3,67 ² plus petite) que celle entre un objet à la surface de la Lune et la Lune elle-même. Donc, la pesanteur sur la Terre est 81/(3,67) ² plus élevée que celle de la Lune : l’intensité de pesanteur de la Lune est donc six fois plus petite que sur la Terre.

Pour en revenir à nos chutes, notons que les données récoltées sont aujourd’hui très utiles, d’autant plus que les humains pourraient bientôt retourner sur la Lune. Si notre satellite est depuis une quarantaine d’années passé en arrière-plan, il est en effet à ce jour l’un des principaux centres d’attention des chercheurs. Et pour cause, la Lune serait l’endroit idéal pour établir une première colonie avant l’exploration future de la planète rouge. L’ESA par exemple, ne cache pas son intention de poser ses bagages sur la Lune. D’ici 2030, il pourrait même y avoir une première colonie lunaire comprenant six à dix pionniers.

Source

Articles liés : 

La Chine part à l’assaut de la face cachée de la Lune

Voici la Terre et la Lune photographiées à 1 million de kilomètres

Sous la surface poussiéreuse de la Lune, de l’eau gelée pourrait subsister

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.