Le pape François: Dénoncer les prêtres pédophiles, c’est l’œuvre de Satan

Satan, le «grand accusateur», influence l’archevêque Carlo Maria Viganò dans sa quête pour dénoncer les prêtres pédophiles au sein de l’Église catholique, a averti mardi le pape François.

L’archevêque Carlo Maria Viganò a récemment dénoncé le problème de l’abus sexuel sur des enfants au sein de l’église et a affirmé que le pape avait réhabilité le violeur de série bien connu, le cardinal Theodore McCarrick.

Pope Francis warns against exposing pedophile preists

Breitbart.com rapporte: Dans un témoignage de 11 pages publié le 25 août, Viganò a affirmé avoir personnellement informé le pape François en 2013 des sévices homosexuels perpétrés par le cardinal McCarrick sur des petits garçons, ainsi que des sanctions imposées à son ministère par le pape Benoît XVI. Pourtant, le pape a levé ces sanctions et impliqué McCarrick dans la nomination des futurs évêques.
« Le Grand Accusateur, comme il le dit lui-même dans le premier chapitre du Livre de Job, parcourt la terre à la recherche de quelqu’un à accuser« , a déclaré Francis lors de son homélie matinale à la chapelle de la résidence Santa Marta au Vatican. .
À cette époque, «il semble que le Grand Accusateur ait été déchaîné et qu’il en veuille aux évêques», a déclaré le pape.
« C’est vrai, nous sommes tous des pécheurs, nous évêques« , a-t-il dit, mais le Grand Accusateur « cherche à dévoiler les péchés afin qu’ils puissent être vus, à scandaliser les gens« .
Malgré les appels fréquents du pape à la transparence et à la responsabilisation des auteurs d’abus sexuels, il semblait suggérer mardi que l’ancien nonce s’était comporté comme Satan en rendant publiques les erreurs de ses frères évêques.
Interrogé sur ces allégations peu après leur publication, le pape François a esquivé les questions des journalistes, leur demandant de lire les accusations et de faire leur propre évaluation de leur crédibilité.
Sur le plan papal revenant d’Irlande fin août, un journaliste a demandé au pape s’il était vrai que le nonce du pape l’avait explicitement informé en 2013 des abus sexuels perpétrés par le cardinal McCarrick et des sanctions qui lui avaient été imposées par le pape Benoît XVI.
Le pape François a reconnu avoir lu la déclaration mais a refusé de confirmer ou de nier les allégations. «Je n’en parlerai pas», a-t-il déclaré.
Depuis lors, un certain nombre d’évêques ont critiqué la stratégie médiatique «sans commentaire» du pape, insistant sur le fait que les allégations sont très graves et que Francis a le devoir de clarifier les faits pour fournir la «responsabilité» qu’il a lui-même convoquée.
Certains reportages du début du pontificat de Francis sembleraient crédibles aux accusations selon lesquelles le pape aurait donné un nouveau bail à McCarrick peu après son élection.
Dans un article paru dans le Washington Post en 2014, le journaliste David Gibson a déclaré que McCarrick était «l’un des nombreux ecclésiastiques de haut rang qui ont été plus ou moins mis à l’épreuve pendant les huit ans du pontificat de Benoît XVI».
«Mais maintenant, Francis est pape et les prélats comme le cardinal Walter Kasper (un autre vieil ami de McCarrick) et McCarrick lui-même sont de retour dans le groupe, et plus « occupés » que jamais», a écrit Gibson.
« Francis, qui a remis le Vatican sur la scène géopolitique, sait que lorsqu’il a besoin d’un « opérateur de canal arrière avisé », il peut se tourner vers McCarrick« , a-t-il déclaré.
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSERIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.